Fairy Tales for a Fairer World

Contes de fées pour un monde meilleur - Cuentos de Hadas para un mundo más justo

In the Storybook, classic characters take on new adventures in the setting of traditional fairy tales from around the world, whilehighlighting issues such as climate change, epidemics, displacement, and inequality


Chap-1_La_vieille_ville.png

Il était une fois, une famille singulière qui vivait dans une petite ville célèbre pour ses délicieux chocolats. Cette famille n’avait pas la même maman et pourtant, comme toutes les familles, elle avait une chose en commun : tous ses membres étaient des personnages de contes de fées ! Tous, autrefois, avaient réussi à esquiver des meutes de loups, déjouer des sorts jetés par des sorcières ou encore abattre des géants. Depuis, ils coulaient des jours heureux dans une maison de retraite pour personnages de contes âgés, la Vieille Maison.

Cette maison de retraite se trouvait à Vieille Ville, à l’extrémité d’un grand lac entouré de montagnes. La maison disposait d’une vue magnifique. L’endroit était paisible. Tout y était prévisible. Les pensionnaires de la Vieille Maison donnaient l’image d’une fin de vie heureuse, comme dans un conte de fées…

Un jour, toutefois, on annonça aux informations que le loup avait de nouveau chassé les trois Petits Cochons de leur maison. Ces derniers craignaient désormais pour leur vie. Cet événement fut le point de départ de l’aventure que nous allons vous raconter, dans un monde qui a bien changé depuis l’époque des contes dont les pensionnaires de la Vieille Maison avaient été les héros.

Scarlett jeta par terre son sandwich à moitié entamé. " J’en ai assez ! s’exclama-t-elle d’un air dégoûté. Je ne supporte plus d’entendre ces mauvaises nouvelles. Non seulement les histoires que nous avons vécues autrefois se répètent mais en plus elles empirent ! Le loup hante toujours la vie des cochons. Et dans mon pays, il a sans doute recommencé à rôder dans la forêt pour manger les pauvres grands-mères ! Il faut l’arrêter une fois pour toutes. Qui veut me suivre ?"

Scarlett était la plus svelte, la plus en forme et la plus jeune d’allure de tous les pensionnaires. Elle s’appelait en réalité Vieux Chaperon rouge, mais ses amis lui avaient donné le sobriquet moqueur de « Scarlett » suite à une mésaventure : elle avait lavé sa cape rouge préférée avec une jupe orange fluo, et la cape était passée du rouge rosé au rouge écarlate !

Cochon sage se leva immédiatement, " Je t’accompagne." C’était le plus sage et le plus positif des trois vieux cochons. Il trouvait toujours une solution à chaque problème. Les deux autres, Cochon grognon 1 et Cochon grognon 2, étaient frères jumeaux. Ils étaient particulièrement doués pour dire ce qui ne marcherait pas chaque fois que quelqu’un proposait une idée ambitieuse.

A ces paroles, Baba Yaga, la sorcière aux dents d’acier, s’arrêta net de ronger sa cuisse poulet. Baba Yaga était la meilleure amie de Cochon sage. Ils étaient toujours aux petits soins l’un pour l’autre. Lorsque Cochon sage parlait, Baba Yaga écoutait. Ils s’étaient connus il y a bien longtemps dans la forêt où ils vivaient tous les deux. Au contact de son nouvel ami, Baba Yaga était devenue sage et agréable. Lorsqu’elle quitta enfin la forêt profonde pour commencer une nouvelle vie dans la Vieille Maison, elle emporta avec elle les pattes de poule sur lesquelles se dressait sa hutte et les conservait désormais sous son lit.

Conversation-chap1.png

 Blanche-Neige, qui dans sa vieillesse avait perdu la vue, dit. "Cette aventure me semble bien risquée, chère Scarlett. Je viens de lire un article qui parle de la réapparition de la lampe magique… Et elle montra du doigt le journal qu’elle tenait dans les mains. Comme le journal était écrit en braille, personne ne pouvait lire le titre, mais ils savaient de quoi elle parlait.

"C’est terrible, en effet ! renchérit Petite Poucette, assise sur l’épaule de Blanche-Neige.

Vieux Lad penchait la tête d’un air honteux. Lui aussi avait entendu les rumeurs qui couraient au sujet de la lampe magique.

Faisant le tour de la table, Scarlett s’adressa à Hansel et Gretel, 

"Ne voulez-vous pas arrêter la sorcière qui a essayé de vous engraisser avant de vous manger ? Hansel prit un air apeuré.

Scarlett se tourna ensuite vers Jack : "Ne voudrais-tu pas que tes arrière-petits-enfants et tes arrière-arrière-petits-enfants puissent vivre sans avoir constamment peur que le géant redescende du haricot magique ?"

S’adressant à la Petite Sirène, qui se prélassait dans sa piscine gonflable à côté la terrasse, Scarlett demanda,  "Imagine la vie qui aurait pu être la tienne si tu n’avais pas dû affronter la Sorcière de la Mer, celle qui t’a promis des jambes au prix de ta voix ?

Scarlett, posa la main sur l’épaule de Raiponce, assise dans son fauteuil à bascule. "Et toi, chère amie, pense à toutes ces années que la méchante sorcière t’a volées en t’enfermant loin du monde dans cette horrible tour. "Quelle sorcière ? Quelle tour ?" marmonna Raiponce. Elle perdait de plus en plus la mémoire. 

Cochon sage poursuivit : "C’est à nous d’intervenir si nous voulons éviter que notre histoire se répète. Qui veut agir pour que les choses changent ?"

"Je viendrais volontiers avec toi, Cochon sage, si je le pouvais" dit la Petite Sirène en frappant l’eau de sa queue, rappelant ainsi à ses amis qu’elle était incapable de se déplacer sur la terre ferme. 

Hansel protesta,  "A quoi bon, nous sommes trop vieux !"

Et il quitta la salle à manger, traînant derrière lui un chariot chargé d’appareils médicaux. Gretel, qui faisait tout comme son frère, le suivit.

Arrivé à l’autre bout du corridor, Hansel cria, "D’ailleurs, qu’allez vous faire du loup, lorsque vous l’aurez attrapé ?" Cela ne résoudra pas le problème…

"C’est vrai", répondit Cochon sage. Il ne suffit pas de capturer le loup. Nous devons aussi construire des maisons plus solides pour les cochons de Cochonville et apprendre à la grand-mère de Petit Chaperon à rester forte et en bonne santé. C’est ainsi que nous empêcherons ces vieilles histoires de se reproduire une fois pour toutes !

Assis entre les deux Cochons grognons, Tusker l’éléphant essayait avec difficulté de s’extraire de sa chaise.

"Je n’ai jamais eu affaire au grand méchant loup. Dans la brousse, c’était plutôt moi le problème. En effet, j’étais autrefois très intolérant je refusais de partager l’eau avec des animaux que ne me ressemblaient pas. C’était injuste, je l’admets. D’autres éléphants ont suivi mon exemple, malheureusement. J’aimerais que ça change, et que désormais tous les animaux soient égaux. A cette condition, je viens avec toi, Scarlett" !

L’éléphant ponctua ces mots d’un coup de trompe retentissant.

Reine de Bambou, la plus intelligente de tous, prit alors la parole :

"Chez moi non plus, il n’y avait pas de méchant loup, ni de vilaine sorcière, ni de géant. Je suis née d’une tige de bambou. Arrivée à l’âge de quinze ans, selon la coutume je devais me marier avec le jeune homme choisi par mes parents. Mais j’ai refusé ce mariage arrangé et je me suis battue pour continuer mes études. Ma famille m’a rejetée. Depuis ce jour, de nombreux jeunes bambous ont choisi une voie plus facile que la mienne en se mariant selon la volonté de leurs parents. Je viens avec toi, Scarlett, car je ne supporte plus de voir tant de jeunes filles subir des mariages forcés."

"Moi aussi, je viens avec toi", dit Quelin.

Tout le monde connaissait l’histoire tragique de Quelin. Un sorcier du nom de Brujo avait kidnappé sa plus jeune sœur, ainsi qu’un grand nombre d’autres jeunes filles. S’il fallait accompagner Quelin jusqu’à l’Ile de Brujo, le voyage serait encore plus dur qu’ils ne le pensaient, car aucun de ceux qui avaient essayé de libérer les enfants volés n’était revenu.

Les deux Cochons grognons soupirèrent bruyamment.

"Je ne vois pas comment trois vieux cochons pourraient attraper un loup jeune et agile ! Mais tu nous as montré à de nombreuses reprises que tu sais prendre les bonnes décisions, Cochon sage. Nous venons donc avec toi."

Vieux Lad, tout excité à l’idée de l’aventure qui les attendait, déclara :

"Vous pouvez compter sur moi!"

"Tu ne peux pas venir avec nous ! rétorqua Scarlett. As-tu vu l’état de tes poumons ?"

"Je n’ai qu’à emporter ma bouteille d’oxygène" rétorqua Vieux Lad.

La Princesse au Petit Pois était experte en matelas, mais elle ne connaissait pas grand-chose au monde. Elle protesta :

"Vieux Lad, tu ne t’imagines tout de même pas que la lampe a réapparu ! Tu l’as détruite autrefois en la jetant dans la crevasse où tu l’avais trouvée. C’est fini. La lampe n’existe plus."

"Rien n’est moins sûr. On dit que le jeune Prince Aladin utilise le pouvoir du génie pour détruire son pays. Or, sans lampe magique, pas de génie !"

"C’est ridicule, voyons, la lampe n’a pas le pouvoir de tuer les gens. " affirma la Princesse Petit-Pois.

Elle n’a pas besoin de les tuer directement. Il suffit de détruire les choses dont nous avons tous besoin pour vivre, expliqua la Reine de Bambou. J’ai lu la citation suivante dans un livre : « l’humanité poussera son dernier souffle lorsque tout ce dont elle a besoin pour vivre aura disparu. 

Princesse Petit-Pois n’avait rien compris à cette explication. Reine de Bambou poursuivit :

"Pour vivre, il nous faut de l’eau à boire, des aliments à manger, un toit pour nous protéger de la pluie et du froid, des écoles pour apprendre, du travail pour gagner de l’argent. Et surtout il nous faut de l’espoir. Sans cela nous mourrions."

Poucette renchérit, "Il paraît que Prince Aladin s’est mis en tête de devenir l’homme le plus riche du monde. Il s’est fait construire un énorme palais. Il a acheté des îles, des avions à réaction, des puits de pétrole et même un lion apprivoisé ! Tout cela serait impossible sans le pouvoir de la lampe."

Vieux Lad ajouta, "Le pouvoir de lampe magique peut servir pour faire le bien ou pour faire le mal. Les vœux de Prince Aladin sont égoïstes et destructeurs. Je veux retourner dans mon pays pour l’arrêter. "Mais alors, qu’est-ce que vous attendez ?" demanda la Petite Sirène. Mais oui, qu’est-ce qu’on attend ? Partons !" dit Cochon sage.

Conversation-chap1-2.png

Tous acquiescèrent. Après avoir débarrassé la table des restes du déjeuner, Scarlett, Tusker, Reine de Bambou, Quelin, Vieux Lad et les trois Vieux Cochons commencèrent les préparatifs. Raiponce saisit la main de Scarlett et lui glissa discrètement un petit paquet « pour le voyage ». Touchée par sa générosité, Scarlett mit le cadeau dans la poche sa cape.

Le lendemain avant l’aube, le coq qui servait de réveille-matin à la Vieille Maison, poussa son cri rauque. C’était le seul moment de la journée où les pensionnaires malentendants étaient considérés comme chanceux…

Les valises étaient prêtes. Des cartes et des jumelles avaient été glissées dans les poches avant. Les scooters électriques étaient chargés. Vieux Lad avait épousseté sa veille malle et l’avait débarrassé des toiles d’araignée. Tout était prêt pour le départ.

Sous les encouragements et les adieux des autres pensionnaires, les huit vieux amis enfourchèrent leurs scooters (ou leur malle volante dans le cas de Vieux Lad) et se mirent en route.

Bientôt la Vieille Ville avait disparu derrière eux. Cochonville se profilait à l’horizon.

Mais lorsqu’ils arrivèrent lors aux abords de la ville, les trois Vieux Cochons virent avec consternation que le feu faisait rage dans la forêt de leur enfance.